AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La révolte du pain (1984)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
docteur
Membre d'Or
Membre d'Or


Nombre de messages : 751
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: La révolte du pain (1984)   Jeu 8 Juin 2006 - 16:30

Un beau jour, le gouvernement tunisien a décidé d'augmenter les prix des denrées alimentaires de première nécessité, entre autres le pain!
En janvier 1984, la baguette qui coûtait 50 millimes (ya 7asra) s'est trouvée à 90 millimes et la grosse baguette de 500 grammes était passée de 80 à 150 millimes!! Du coup, les classes défavorisées a laissé éclater sa colère et s'est mise en révolte: La révolte du pain! Les images de ces jeunes qui cassaient des vitrines, brûlaient des voitures (en fait qui détruisaient des richesses auxquelles ils n'avaient pas accès) ont fait le tour du monde. Le gouvernement de Mzali a fait intervenir l'armée nationale qui a tiré sur les civiles tunisiens et il y aurait eu plusieurs dizaines de tués.
Bourguiba, vieux et malade décide de tout annuler et il tient ce discours, diffusé en direct à la télévision, un beau matin de janvier!
http://www.dailymotion.com/relevance/search/bourguiba/video/236193

Je me rappelle d'un slogan que les manifestants tenaient, il n'était pas trop agressif: Ya Bourguiba Ya 7nin, rodd el 5obza bethmanin!!! Very Happy
Je ne vous parlerai pas des manifestations de liesse qui ont suivi ce discours!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre pi
Super modérateur
Super modérateur


Nombre de messages : 1224
Localisation : Tunis. Tunisia.
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Re: La révolte du pain (1984)   Ven 9 Juin 2006 - 9:12

M. Taher Belkhoja, un proche collaborateur de Bourguiba, a écrit dans "Les trois décennies Bourguiba" ceci :

En mai 1983, Mzali était intervenu directement à la télévision à partir de chez lui pour démentir son ministre des Finances qui expliquait les problèmes de la “compensation” : laquelle consistait, pour le budget, à combler la différence entre le prix réel et le prix de vente des produits céréaliers. Le ministre, sans annoncer de décision, pensait sensibiliser l’opinion publique sur l’aggravation de ce déficit. Par populisme, Mzali promit au contraire que le prix du pain n’augmenterait pas. Ce scandale finit par faire annuler les débats en direct à la télévision, que j’avais eu tant de mal à instaurer, et qui avaient tant captivé les téléspectateurs.

Fin octobre, le Premier ministre, contredisant son intervention de mai à la télévision fit paraitre un communiqué officiel annonçant la décision du gouvernement de cesser de subventionner le prix du pain et de ses dérivés céréaliers “pour lutter contre le gaspillage et diminuer la facture des importations de céréales”. Le chef de l’Etat fut lui-même conditionné : le Premier ministre lui assura que “les poubelles étaient pleines de pain qu’on jetait aux ordures, et que les éleveurs préféraient donner du pain à leur bétail”.

Dès lors, ce fut la fuite en avant devant des difficultés économiques et financières que le gouvernement ne pouvait plus maîtriser. La loi de finances votée le 31 décembre 1983 par la Chambre des députés prévit donc 70 % d’augmentation pour la semoule et les pâtes, et 108 % pour le pain. Le pays subissait la pression du Fonds monétaire international (FMI) pour instaurer la “vérité des prix”, — mais progressivement — et le budget de l’Etat supportait de plus en plus difficilement le déficit chronique dû à une croissance démesurée de la Caisse de compensation. Mais jusque là, tous les ans, les augmentations restaient modestes et souvent s’accompagnaient de mesures compensatoires, décidées en accord avec les syndicats. Mais cette fois, le Premier ministre nous ressassa sa version du dicton tunisien : “C’est une pilule qu’on finira par avaler” et décida en effet de frapper un grand coup, alors que la sécheresse sévissait depuis deux ans...

Le 1er janvier 1984, sitôt publiée la loi de finances annonçant les augmentations, les premières réactions fusent spontanément du sud : Douz, Kebili, El Hamma et Gabès, pour s’étendre à l’ouest, notamment à Kasserine dès le lendemain. Tunis et sa banlieue s’embrasent le 3 janvier et la révolte se poursuivra pendant trois jours, jusqu’au 6, malgré la proclamation de l’état d’urgence et le couvre-feu décrétés dès le 1er janvier.

Au milieu des troubles, le 5 janvier, la Chambre des députés se réunit d’urgence et vote une résolution de soutien complet à la politique du gouvernement. J’avais préféré ne pas assister à cette séance.
...
Officiellement, il y aura 70 morts. Jeune Afrique, du 18 janvier, d’après son décompte effectué dans les hôpitaux, avancera, pour sa part, le chiffre de 143 morts et d’un millier d’arrestations.
Cette fois, ni l’état d’urgence ni le couvre-feu, n’avaient pu arrêter les émeutes. Le quatrième jour, 6 janvier, Bourguiba mesurant l’étendue de la réaction populaire et sans consulter personne, convoque de lui-même la télévision et dit seulement quelques mots : “Toutes les augmentations sont annulées. Que Dieu bénisse le peuple tunisien”. Ce coup de théâtre soulève l’enthousiasme du pays : tout Tunis, dans l’euphorie, afflue devant le palais de Carthage aux cris de “Vive Bourguiba ! à bas Mzali !”.
Le même jour, la Chambre des députés se réunit pour voter l’annulation de toutes les augmentations, se contredisant ainsi moins de 24 heures après avoir soutenu le gouvernement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Assafétt
Membre d'Or
Membre d'Or


Nombre de messages : 262
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Re: La révolte du pain (1984)   Ven 9 Juin 2006 - 9:19

hii ya 7assra ki nétfakér lol j'avais un an lol
mais le bilan de ces manifestations étaient historiques dans ma village à majorité des gens défavorisés : mairie brulée en entier , mou3tamdiyya brulé en entier , des dizaines de victimes , ville paralisé , un couvre feu après l'intervention de l'armée !
Mais bon Mzali n'était pas intéllegent , il aurait pu faire comme ajd , des augmentation té7t 7éss méss et de temps en temps sans que personne ne s'en rendre compte , c'est plus efficaces et personne ne conteste cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre pi
Super modérateur
Super modérateur


Nombre de messages : 1224
Localisation : Tunis. Tunisia.
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Re: La révolte du pain (1984)   Ven 9 Juin 2006 - 9:29

Ce soulèvement du peuple appelé "la révolte du pain" ou "Les émeutes du pain" s'était produit entre le 27 décembre 1983 et 6 janvier 1984. Il a été provoqué essentiellement par des augmentations du prix du pain et des produits céréaliers (semoule, farine, etc.)

Officiellement il avait causé 70 morts et des centaines d'arrestations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JOJO
Membre d'Argent
Membre d'Argent


Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La révolte du pain (1984)   Mar 13 Juin 2006 - 18:18

Nombre pi a écrit:
Ce soulèvement du peuple appelé "la révolte du pain" ou "Les émeutes du pain" s'était produit entre le 27 décembre 1983 et 6 janvier 1984. Il a été provoqué essentiellement par des augmentations du prix du pain et des produits céréaliers (semoule, farine, etc.)

Officiellement il avait causé 70 morts et des centaines d'arrestations.

sans vouloir te contredire, je pense que es emeutes ont eclates apres le jour de l'an, vers le 2 ou le 3 Janvier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La révolte du pain (1984)   Aujourd'hui à 18:12

Revenir en haut Aller en bas
 
La révolte du pain (1984)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pain de mie son Jacquet
» Pain & pouding
» Quelle machine à pain choisir ?
» Recyclage de pain dur
» Recettes pour votre machine à pain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tunisie Culture :: Tunisie :: Histoire de la Tunisie-
Sauter vers: